50

online

Rouen Métropole Basket enfoncé face à l’Élan Chalon

Rouen Métropole Basket enfoncé face à l’Élan Chalon

 
Pro A - Rouen Métropole Basket - Élan Chalon
Crédit photo : Vincent Couty - Archives ISBE
Justin Brownlee a fait mal hier au soir... L'équipe Chalonnaise était diabolique du début à la fin du match face au RMB !

Les bonnes volontés n'ont pas suffit hier au soir au Colisée de Chalon. Rouen Métropole Basket a craqué face à l’Élan Chalon dans une rencontre qui n'a pas laissé de place au mystère et qui s'est achevée sur le score de 108 à 74.

  • Chalon 108-74 Rouen Métropole Basket

30-17 | 56-37 | 92-57 | 108-74

Le meneur de jeu John Robertson rentre d'entrée de jeu un triple et c'est Jean-Michel Mipoka qui ouvre le score aussitôt derrière pour Rouen. Rapidement l’Élan se montre à son aise dans cette rencontre et Jeremy Hazell permet à son équipe de déjà prendre une petite avance (10-4). Alain Koffi et Guerschon Yabusele ramènent le RMB au score mais Robertson et des dunks de Justin Brownlee et Hazell sont autant de signaux envoyés par les Bourguignons pour montrer aux visiteurs que la soirée allait être très difficile. Rémy Valin arrête le match alors que Chalon a 8 pts d'avance à la moitié du premier quart. Les affaires des Normands ne vont pas s'améliorer car le collectif adverse est puissant... Brownlee s'amuse dans la raquette en récupérant deux rebonds offensifs de suite et globalement la supériorité est là dans tous les secteurs du jeu. Au bout des 10 minutes, Chalon est devant de 13 pts.

Au début du deuxième quart il va y avoir une petite réaction du RMB via Yabusele qui rentre 4 pts pour remettre l'écart sous la barre des 10 pts et Ron Lewis qui derrière l'arc redonne confiance à ses troupes en clôturant ce 7-0. Après un panier de David Michineau, c'est le jeune Carl Ponsar qui marque de loin et remet Rouen à -5. Le duel est équilibré et Michineau et Lewis se répondent à 3 pts. Le banc de Chalon est alors aux manœuvres et l'expérimenté Ilian Evtimov, aidé des jeunes Mathias Lessort et Axel Bouteille, va replacer Chalon sur la voie initiale en redonnant plus de 10 pts d'avance à l'équipe locale. Rouen subit complètement la fin de quart en encaissant un 9-0 et se retrouve à -19 au moment de rentrer faire une pause.

Avis de tempête au début de la deuxième mi-temps... bien mis en chauffe par les premières 20 minutes, les Chalonnais sont à point pour une représentation maison du festival de tirs... Rouen va essuyer 5 triples adverses en quelques minutes ! Robertson, Hazell, Brownlee et Tyler Kalinoski y vont de leurs flèches lointain. Jean-Denys Choulet a lancé sur le parquet son cinq US et ça fait très très mal. Lorsque le score atteint 74-46 en quatre minutes, Coach Valin doit stopper l'hémorragie par une mise au point avec ses joueurs, mais c'est Chalon qui marquera encore juste derrière pour passer la barre psychologique des 30 pts d'écart. Côté Chalonnais la circulation de la balle est efficace pour trouver des positions de tirs favorables et la défense est particulièrement efficace. Chalon est devenu intouchable dans cette partie et les locaux font exactement ce qu'ils veulent façon rouleau compresseur sans jamais rien de facile à l'adversaire... dix minutes avant la fin il n'y a plus le moindre soubresaut de vie dans les actions de Rouen qui se retrouve à -35.

Chalon va atteindre les 100 pts quatre minutes après le début du quart sur un lancer d'Ilian Evtimov... l'écart est alors à son paroxysme à +39 (100-61). Ron Lewis marque ensuite et Devin Oliver l'imite. Rouen a un sursaut d'orgueil en ramenant l'écart à -30. Le money-time se transforme en garbage time... les joueurs du banc prennent place !

La victoires de Nancy face à Dijon (80-64) laisse hélas peu de place à l'espoir dans la course au maintien pour Rouen.

Au niveau des stats...

146 d'évaluation collective pour Chalon ! Neuf joueurs sont à entre 10 et 23 d'évaluation et c'est Justin Brownlee qui remporte le titre de MVP du match avec 16 pts - 10 rebonds. Jeremy Hazell 19 pts et 20 d'évaluation, Robertson 15 pts - 7 passes... bref du beau, du très beau travail.

Pour Rouen, 18 pts pour Ron Lewis et Guerschon Yabusele, 14 pts pour Alain Koffi qui obtient 17 d'évaluation (tout comme Guerschon). Devin Oliver 12 pts.

Ailleurs sur le web
Votre avis ()