65

online

Le retour du basket tourangeau, en bonne santé !

Le retour du basket tourangeau, en bonne santé !

 

Après avoir connu ses belles années dans les années 1970-1980 avec l'ASPO Tours, le basket tourangeau est peu à peu retombé dans l'oubli. Sous l'impulsion de la nouvelle union qui date de 2014, Tours retrouve des couleurs et pourrait retrouver le niveau professionnel dans peu de temps.

Les grands Jean-Michel Sénégal, Jacques Cachemire ont porté le maillot de l'ASPO Tours, c'est sous ce nom que le basket tourangeau a cotoyé le haut niveau du basket français entre 1970 et 1980 avec deux titres de champion de France en 1976 et en 1980. Tours goûtera même à l'Europe en 1976 avec une finale de la Coupe des Coupes. Depuis, les clubs tourangeaux ont changé plusieurs fois de noms et la multiplicité des clubs dans la ville n'a pas permis à un club de se refaire un nom dans le basket. En 1981, l'ASPO Tours devient le Tours Basket Club et ne regoûtera plus au haut niveau, les tourangeaux sont relégués en 1989. En juin 1998, c'est fini pour Tours qui est déclaré en faillite et qui redescend. Tours retrouvera la NM2 avec l'union entre l'AS Jocondien et le Touraine BC mais en 2009, cela s'arrête faute de moyens. Le TBC évoluera alors en NM3, se faisant dépasser par le PLLL Tours, situé à La Riche, à côté de Tours qui va accéder à la Nationale 2 jusque 2014.

 

Depuis 2014, l'ambition semble changée. L'union entre le PLLL Tours (NM2) et le Touraine BC (NM3) est en train de permettre à Tours de retrouver des couleurs. Leader de sa poule B de NM2, l'Union Tours Basket Métropole a investi la nouvelle salle de Tours, le gymnase Monconseil ouverte en 2012. De nombreux partenaires sont venus s'allier à l'ambitieux projet tourangeau qui est clairement de retrouver la Nationale 1 et plus si affinités. Les gros moyens développés par les dirigeants prouvent clairement l'objectif de retrouver les belles heures datant de 30 ans, sur une base financière assez saine pour aller voir plus haut. Avec un gros budget pour le 4ème division française et une équipe habituée aux joutes du niveau supérieur. Avec des étrangers physiquement très forts comme Robert Thurman (2,08 m, 26 ans) et l'expérience de Ronald Yates (2,00 m, 32 ans), l'UTBM est première de sa poule avec seulement 2 défaites en 13 rencontres et rien ne semble l'arrêter. En même temps, il y a beaucoup d'anciens pensionnaires de Nationale 1 dans cette effectif : un ancien de La Rochelle, Vincent Coutin (2,10 m, 27 ans), A'nsi Lema passé par Cognac mais aussi Nanterre en Pro B, Tony Ramphort, ancien meneur de Challans et Angers, Sylvain Baykam, passé lui aussi en NM1 à Bayonne, Pierrick Moukenga, formé à Orléans. Cela fait déjà pas mal de joueurs habitués au niveau supérieur, et grâce à cela, ils sont les grands favoris de la NM2 avec comme objectif de vite retrouver le niveau professionnel.

 

  • Le basket féminin n'est pas en reste à Tours

La NF2 semble promise au CES Tours qui est actuellement 2ème de sa poule de NF3 avec 11 victoires pour 2 défaites, soit une victoire de retard sur le premier, La Couronne. Coachés par celui qui était à la tête du club masculin en 2008-2009, Jérôme Cortabitarte, les joueuses du CEST sont elles aussi promises à un beau retour en haut. Le basket féminin tourangeau n'a jamais été très haut non plus, mais l'Union Basket Féminin 37, il y a quelques années jouait en NF2. Un retour annoncé, probable qui pourrait faire le plus grand bonheur du basket tourangeau qui est en très bonne santé depuis deux ans. De quoi faire que Tours redevienne une place importante du basket ? L'avenir nous le dira.

Ailleurs sur le web
Votre avis ()