Brito De Sousa (président UFAB49) : ''Je vais réagir. On souhaite rester en LFB.''

Après sa courte défaite lors du dernier match des playdowns face à Lyon (68-66), le club féminin d'Angers est relégué en LF2. Mais face au futur club de Tony Parker, le président de l'UFAB l'a mauvaise.

4 victoires pour seulement 2 défaites, Angers a fait un parcours formidable en playdowns mais partait de trop loin... Avec seulement une victoire au début de cette phase finale qui devait mener au maintien du club, la tâche s'annonçait dans tous les cas compliquée. Désormais relégué après sa défaite lors du dernier match de la saison face à Lyon (68-66), le club essaye de trouver les explications de cette mésaventure.

 

C'est ce que Brito De Sousa, président de l'UFAB 49 a tenté de faire mercredi dernier au micro de TV10 Angers (vidéo en fin d'article). Le premier point reste tout de même le fait de ne pas avoir procédé à des changements en cours de saison lorsque cela allait mal et où il a pensé que l'humain allait prendre le dessus pour guider le club vers le maintien. Malheureusement, cela n'a pas été le cas et Angers a terminé dernier de Ligue Féminine.

 

Le deuxième point reste le fait qu'il ait une petite dent contre la FFBB et la Ligue Féminine. Il en veut aux instances de ne pas avoir laissé à Lyon son point de pénalité qui lui avait été infligé en championnat. Le Lyon Basket avait pris un point de pénalité pour raison administrative en cours de saison et lors des playdowns, ce point a disparu. Cela peut se discuter dans le sens où lors de ces playdows, seuls les points acquis face aux équipes qui les constituent sont conservés. Alors est-ce que le point de pénalité en fait partie ? Telle est la question.

 

Il remet également en cause l'arbitrage lors de la dernière action du match face à Lyon où il y a selon lui une erreur qui coûte le match à son équipe... Sous-entendu, on aurait laissé Lyon remporter le match, car Tony Parker a investi dans le club, c'est ce qu'on peut deviner dans ces propos. Il a en tout cas dit qu'il allait en discuter avec Jean-Pierre Siutat, président de la FFBB et Philippe Legname, président de la Ligue Féminine, au sujet de ces playdowns où il en ressort de l'amertume.

 

Même si, selon les déclarations du président de l'UFAB, il sait que la place de son club, sportivement, est en LF2 la saison prochaine.